Saint Pierre le Jeune

Prédication de carême du Dimanche 4 mars 2018 : Que ton Règne vienne



Oculi - Notre Père 3 - Prédication donnée par le pasteur Philippe Eber à Saint Pierre le jeune le dimanche 4 mars
Que ton Règne vienne

Après avoir réfléchi à la sanctification du nom de Dieu, nous allons nous pencher aujourd’hui sur la deuxième demande de la prière du Seigneur : Que ton Règne vienne. Avec elle, il n’y a pas de doute, nous sommes au cœur de la prédication de Jésus Christ. Rappelez-vous ce qu’il disait : En effet, voici que le règne de Dieu est au milieu de vous. (1)

Si dans l’Ancien Testament et notamment dans les psaumes, il est souvent question d’un Dieu qui règne (2) ou d’un Dieu qui règne sur son peuple (3) ou encore d’un Dieu qui règne sur l’univers (4) l’expression le Royaume vient est propre aux évangiles et au Christ Jésus, bien sûr ! (5) J’allais dire, le Christ est l’irruption ou la manifestation de la venue du Règne de Dieu.

Mais à quoi ressemble le Royaume de Dieu ? Fra Angelico (6) l’appréhende dans une merveilleuse peinture, dans laquelle les habitants du Royaume céleste goûtent la béatitude et chantent sans fin la louange du Seigneur. Pour autant, il apparait clairement dans cette peinture que le Règne de Dieu n’est pas seulement à venir, mais il fait irruption sur la terre et irradie déjà les bons et les méchants et qu’il rend les gens heureux !

Saint Augustin, dans la Cité de Dieu évoque deux cités : Deux amours ont donc bâti deux cités : l'amour de soi jusqu'au mépris de Dieu, la cité de la Terre, l'amour de Dieu jusqu'au mépris de soi, la cité de Dieu. L'une se glorifie en soi, et l'autre dans le Seigneur. L'une demande sa gloire aux hommes, l'autre met sa gloire la plus chère en Dieu, témoin de sa conscience. L'un, dans l'orgueil de sa gloire, marche la tête haute ; l'autre dit à son Dieu : Tu es ma gloire et c'est toi qui élèves ma tête. Celle-là dans ses chefs, dans ses victoires sur les autres nations qu'elle dompte, se laisse dominer par sa passion de dominer. Celle-ci, nous représente ses citoyens unis dans la charité, serviteurs mutuels les uns des autres, gouvernants tutélaires, sujets obéissants. Celle-là, dans ses princes, aime sa propre force. Celle-ci dit à son Dieu : Seigneur, mon unique force, je t'aimerai. (7)

Jésus, lorsqu’il parle du Règne de Dieu, nous rappelle d’abord que sa venue n’est pas observable : On ne dira pas : Voilà, il est ici ! ou bien : Il est là ! (8) Pourtant, tout en étant pas observable, Dieu révèle, par son Fils, les effets de ce Royaume aux plus petits : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. (9) Il n’est pas observable dit Jésus, mais en même temps, se tournant vers les siens, Jésus leur confie : Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! (10)

En évoquant cette tension entre le déjà et le pas encore, Jésus ne veut-il pas nous prévenir du risque de vouloir trop vite l’identifier avec l’une de nos cités terrestres ? Vouloir bâtir quelque chose qui ressemble au Royaume de Dieu cela n’entraîne-t-il pas souvent la ségrégation et l’exclusion ? La Genève de Calvin et bien d’autres tentatives aujourd’hui en sont de vibrants exemples ! Non, le Règne de Dieu ne s’identifie pas avec une de nos cités, pas même avec l’Église ! Le théologien catholique Alfred Loisy l’affirme de manière cinglante : Le Christ a annoncé le Royaume, mais c'est l'Église qui est venue. (11) Jésus annonce que le Royaume de Dieu est là et nous invite à prier que ton Règne vienne, mais comment pouvons-nous en trouver des traces ?

Vous aurez certainement remarqué que les paroles de Jésus sont souvent en tension les unes avec les autres : le Règne vient, il est déjà là, pour autant, il n’est pas observable ! Peut-être que cette tension entre le déjà et le pas encore est-elle justement un indice essentiel qui nous suggère que le Règne qui vient, c’est l’instant présent ! (12) Permettez-moi de ne relever que quelques liens de ce Royaume qui vient et qui ne cesse d’advenir :

-D’abord le lien entre le Royaume et la joie ! Rappelez-vous ce que disait Jésus : Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! Le Royaume de Dieu se manifeste dans la joie et le bonheur…

-Et puis le Royaume qui advient, transforme la force de la haine des hommes en charité et en fait des citoyens unis dans la charité, serviteurs mutuels les uns des autres comme le disait Saint Augustin ! Le Royaume bouscule aussi nos habitudes et nos certitudes, d’ailleurs le Christ de l’Apocalypse ne disait-il pas justement : Voici que je fais toutes choses nouvelles ? (13)

Lorsque le Rabbi de Kotzk parle de sa prière, il dit qu’elle est comme un mouvement de bas en haut et de haut en bas, à l’image d’un capitaine de navire qui va et court sur les échelles afin d’apprendre à diriger un navire. (14) La prière un mouvement, dans laquelle Dieu et l’homme se frôlent !

Alors, que demandons-nous au Seigneur lorsque nous prions : Que ton Règne vienne ? Rien de moins que ceci : Seigneur, fais venir ton règne ! (15) Etablis ton Règne parmi nous ! (16) Viens et touche-nous, bouscule-nous et fais en nous et par nous toute chose nouvelle !


(1) Luc 17,25
(2) Psaume 10,16
(3) Psaume 47,7
(4) Psaume 97,1
(5) Max-Alain Chevallier, Relire le Notre Père, p.21
(6) Fra Angelico (1400-1455)
(7) Saint Augustin, La Cité de Dieu, XIV, 28,1
(8) Luc 17,20-21
(9) Luc 10,21-22
(10) Luc 10,23
(11) Alfred Loisy, L’Évangile et l’Église
(12) Julija Vidovic, La Croix du 25 février 2018
(13) Apocalypse 21,5
(14) Catherine Chalier, Le Rabbi de Koztk, p.105
(15) Traduction œcuménique de le Bible
(16) Max-Alain Chevallier, Relire le Notre Père, p.41




Visite virtuelle de notre église




Restez informé de l'actualité de Saint-Pierre-le-Jeune