Saint Pierre le Jeune

l'Annonciation à Marie - 25 mars 2020



L’évangile de l’Annonciation
Luc 1,26-38 


 


L’ange entra chez Marie et dit :
« Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée,
 et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie,
car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ;
tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ;
le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;
il régnera pour toujours sur la maison de Jacob,
et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi,
et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ;
c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.
Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu,
elle aussi, un fils et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.
Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ;
que tout m’advienne selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.


 
Méditation
 
L’essentiel dans nos vies humaines advient lors de rencontres. Le livre de la Genèse nous en raconte quelques unes qui s’avèreront déterminantes, celle de Dieu avec Adam ou celle d’Abraham et bien d’autres encore. L’évangéliste Luc nous dévoile l’intimité de la rencontre de l’ange avec Marie. Avec la venue de l’ange commence en Marie le temps de l’attente et de la gestation, le temps du silence mais aussi de l’incertitude, comment cela se fera-t-il ? Mais très vite, la confiance s’affermit en elle : Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole.
 
Depuis plus d’une semaine le confinement nous empêche de nous rencontrer. Et peut-être ce n’est pas tant la confiance qui l’emporte que la peur ? L’appréhension de la maladie, l’inquiétude pour nos proches et pour les soignants, la frayeur devant les conséquences économiques et politiques qui ne se feront pas attendre.  
 
Dans 9 mois pourtant, c’est Noël et l’Église fête aujourd’hui l’annonce à Marie (1) ! Si d’aventure nous nous laissons, dans le silence qui nous est aujourd’hui imposé, éblouir par l’Esprit qui traverse le récit lucanien, peut-être percevrons-nous pas une annonciation seulement, mais deux !
 
-La première est bien sûr celle que Gabriel confie à Marie et qui tient en ces quelques mots : tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.
-La deuxième est résolument tournée vers les hommes et les femmes de la terre, vers chacun et chacune d’entre nous !
 
Toutes ces annonciations doivent s’unir et se fondre dans une annonciation essentielle : l’Annonce que Jésus peut naître en nous, peut naître de nous. (2)

Dans ce temps de retraite forcée, laisserons-nous le messager du Seigneur s’approcher avec l’annonce qu’il nous porte ? Elle n’a pas seulement bouleversé Marie, la fille Nazareth, mais elle continue d’interroger l’Église et le monde comme elle est susceptible de transfigurer nos vies.
Et cette annonce, quelle est-elle ? La voici :
                 Dieu si petit en moi
                Hors de moi si grand. (3)
Pasteur Philippe Eber
  1. Les origines de cette fête remontent au Ve siècle
  2. Michel Evdokimov, Lumière d’Orient, Droguet ardant,1981
  3. Jean-Pierre Lemaire, Le pays dernière les larmes, poèmes choisis, Gallimard p.361
 
 
Prière
Seigneur notre Dieu, 
par la voix de l’ange Gabriel, tu annonces à Marie
que tu l’as choisie pour donner naissance à ton Fils.
Répands ta grâce dans nos cœurs afin qu’avec Marie 
nous le suivions dans sa passion et dans sa mort, 
et parvenions jusqu’à la gloire de la résurrection.
Par Jésus, le Christ, ton Fils, notre Seigneur, 
qui vit et qui règne ave)c toi, Père, et le Saint-Esprit, 
un seul Dieu béni pour les siècles des siècles.
Amen.
 
(Prière du jour de la Liturgie du culte dominical et des fêtes, p. 164)
 




Visite virtuelle de notre église

Un poste d’organiste au concours

Un poste d’organiste au concours

L’église-collégiale Saint-Pierre-le-Jeune protestant de Strasbourg représente un lieu phare du paysage spirituel et culturel strasbourgeois et offre un potentiel important en termes de développement culturel. L’orgue de Jean-André Silbermann a été construit en 1780, reconstruit en 1950 par la Maison Muhleisen et a été restauré en 2014 par le facteur d’orgue Quentin Blumenroeder.

Dans le cadre d’une réorganisation du service de l’orgue, le Conseil presbytéral met au concours un poste d’organiste. Les candidatures seront traitées par un jury composé notamment de membres du Conseil presbytéral et d’organistes reconnus, parmi eux un professeur de conservatoire.

Les candidats présélectionnés attestent d’une formation de musicien professionnel ou équivalente. Des compétences en matière de direction artistique représentent un plus. Dans le cadre d’une audition d’une demi-heure, d’un entretien d’embauche et de l’accompagnement d’un culte, ils démontrent leur sens de la liturgie, leur maîtrise d’un répertoire varié de haut niveau et leur talent d’improvisateur.

Les organistes titulaires de Saint-Pierre-le-Jeune sont membres de droit de l’Association culturelle de Saint-Pierre-le-Jeune que les autorités paroissiales ont mandatée pour l’organisation et le suivi des manifestations culturelles à Saint-Pierre-le-Jeune. Dans ce contexte, les organistes portent le souci de la qualité et de l’excellence de l’offre culturelle à Saint-Pierre-le-Jeune et de l’image de la paroisse auprès du grand public.

Ils sont également appelés à collaborer ponctuellement avec la chorale paroissiale.
 
Les candidatures sont à transmettre à Monsieur le pasteur Philippe Eber
3 Rue de la Nuée Bleue 67000 Strasbourg, avant le 12 avril 2020.
Pour toute question, vous pouvez le contacter au 06 73 25 27 47.

Christine Wendling
20/02/2020

L’église-collégiale Saint-Pierre-le-Jeune




L'église-collégiale est fermée à la visite en raison de l'épidémie du coronavirus 

Elle est ouverte pour la prière 
- Le dimanche de 10h-10h45
  et de 18h-18h30
- Du lundi au samedi de 9h-9h30
  et de 18h-18h30
- Le mardi, jeudi et samedi
  de 11h à 11h30

18/01/2020




Restez informé de l'actualité de Saint-Pierre-le-Jeune