Saint Pierre le Jeune

Aperçu historique



Saint Colomban. Peinture murale sur la face Nord du transept.
A l'emplacement de l'actuelle église Saint-Pierre-Ie-Jeune se trouvait dès la fin du VIle siècle une chapelle vraisemblablement située au centre d'un cimetière qui se trouvait, comme c'était la coutume à "époque romaine et mérovingienne, à l'extérieur de l'enceinte de la ville. Devenue plus tard un oratoire pour les petits artisans, horticulteurs et personnels de service habitant le long de la grande voie de communication romaine reliant Strasbourg à Trèves, elle était utilisée également comme
« hospice » abritant les pèlerins en quête de gîte, les sans-logis, les orphelins et les malades de la ville. Cette chapelle était dédiée à saint Colomban, un moine irlandais établi à Luxeuil et fondateur à la fin du VIe siècle des monastères de Marmoutier et de Ebersmünster, ou à Sainte-Colombe, martyrisée à Sens à la fin du IIIe siècle.

Petit pilier orné de têtes humaines dans la galerie Ouest du cloître
Lors de fouilles archéologiques entreprises à l'occasion de la restauration de l'église à la fin du XIXe siècle, un hypogée, sorte de salle funéraire de plan rectangulaire mesurant 8,50 m sur 4 m, a été dégagé dans le collatéral sud. Il s'agit vraisemblablement d'une partie de cette chapelle. Au milieu, on trouve une tombe maçonnée, couverte primitivement d'un couvercle de grès monolithe, datant probablement du VIIIe siècle. Et tout autour des « arcosolia », c'est-à-dire des niches funéraires datant sans doute de l'époque mérovingienne. Les ossements qui se trouvent dans une vitrine ont été mis à jour lors de ces fouilles et datent, selon l'architecte responsable des fouilles de l'époque, des VIIIe au Xe siècles.



UNE COLLÉGIALE ROMANE

Au début du XIe siècle, l'évêque Guillaume (1029 - 1047). neveu de l'empereur Conrad Il et frère du pape Grégoire V, décide de construire à la place de cette première chapelle une église collégiale romane. Elle fut réalisée en trois campagnes: le chœur encadré de deux tours au XIe siècle, le transept occidental reconstruit en 1180 et le clocher érigé vers 1210 - 1220, avec vraisemblablement également un chœur à la base. À la même époque, Guillaume transforme la confrérie des moines attachés à l'ancienne chapelle en « vénérable chapître » doté de riches biens. Ce dernier augmentera en nombre au cours des siècles suivants - au xve siècle il comptera jusqu'à 48 membres - et jouera un rôle important dans l'histoire de la ville jusqu'au XVIIIe siècle. D'où, dès le XIe - XIIe siècle la construction du cloître.

Après la mort de Guillaume, décédé à la suite d'un voyage en Terre sainte en 1047, "église fut achevée par son successeur Hetzilo (1°47-1065), et consacrée en 1049 (ou 1053?) par le pape Léon IX lors de son voyage-retour d'un concile allemand qui avait eu lieu à Mayence - et au cours duquel il consacra également le Dompeter à Avolsheim et l'église d'Ottmarsheim.

Aperçu historique
Consacrée par un pape, successeur de l'apôtre Pierre, l'église devint une église Saint-Pierre. Mais comme il existait déjà une autre église Saint-Pierre dans la ville (l'actuelle église Saint-Pierre-Ie-Vieux), on l' appela Saint-Pierre-Le-Jeune.
Les évêques Guillaume et Hetzilo sont tous deux enterrés dans l'église: la tombe de Guillaume se trouve sous la tour, celle de Hetzilo dans l'allée centrale près du transept, mais sa pierre tombale a été transférée en 1900 devant la chapelle de la Trinité.

<- Légende photo : Une figure d'Atlante entouré de deux enfants, peut-être une console d'une contre-abside d'une chapelle supérieure de l'église romane, au-dessus de la porte de la chapelle de la tour.




Visite virtuelle de notre église

Un poste d’organiste au concours

Un poste d’organiste au concours

L’église-collégiale Saint-Pierre-le-Jeune protestant de Strasbourg représente un lieu phare du paysage spirituel et culturel strasbourgeois et offre un potentiel important en termes de développement culturel. L’orgue de Jean-André Silbermann a été construit en 1780, reconstruit en 1950 par la Maison Muhleisen et a été restauré en 2014 par le facteur d’orgue Quentin Blumenroeder.

Dans le cadre d’une réorganisation du service de l’orgue, le Conseil presbytéral met au concours un poste d’organiste. Les candidatures seront traitées par un jury composé notamment de membres du Conseil presbytéral et d’organistes reconnus, parmi eux un professeur de conservatoire.

Les candidats présélectionnés attestent d’une formation de musicien professionnel ou équivalente. Des compétences en matière de direction artistique représentent un plus. Dans le cadre d’une audition d’une demi-heure, d’un entretien d’embauche et de l’accompagnement d’un culte, ils démontrent leur sens de la liturgie, leur maîtrise d’un répertoire varié de haut niveau et leur talent d’improvisateur.

Les organistes titulaires de Saint-Pierre-le-Jeune sont membres de droit de l’Association culturelle de Saint-Pierre-le-Jeune que les autorités paroissiales ont mandatée pour l’organisation et le suivi des manifestations culturelles à Saint-Pierre-le-Jeune. Dans ce contexte, les organistes portent le souci de la qualité et de l’excellence de l’offre culturelle à Saint-Pierre-le-Jeune et de l’image de la paroisse auprès du grand public.

Ils sont également appelés à collaborer ponctuellement avec la chorale paroissiale.
 
Les candidatures sont à transmettre à Monsieur le pasteur Philippe Eber
3 Rue de la Nuée Bleue 67000 Strasbourg, avant le 12 avril 2020.
Pour toute question, vous pouvez le contacter au 06 73 25 27 47.

Christine Wendling
20/02/2020

L’église-collégiale Saint-Pierre-le-Jeune




L'église-collégiale est fermée à la visite en raison de l'épidémie du coronavirus 

Elle est ouverte pour la prière 
- Le dimanche de 10h-10h45
  et de 18h-18h30
- Du lundi au samedi de 9h-9h30
  et de 18h-18h30
- Le mardi, jeudi et samedi
  de 11h à 11h30

18/01/2020




Restez informé de l'actualité de Saint-Pierre-le-Jeune









Derniers articles